Dr. Michaël HERMOSO (Ph.D.)

Research associate of the

Musée d'Histoire naturelle de Luxembourg
Centre de Recherches Scientifiques - Paléontologie
25, Rue Munster
L-2160 Luxembourg

 

home - current projects - e-mail

Mon activité de recherche principale au Grand-Duché s’intéresse à la reconstitution de la chimie de l’eau de mer et de l’évolution du climat au cours du Jurassique. Plus particulièrement, mon objectif est de mieux cerner la dynamique des échanges du carbone sous la forme de CO2 par la mesure des isotopes de cet élement (12C vs. 13C) sur carbonates et matières organiques qui joue un rôle capital dans la régulation des climat anciens et futurs.

Le “Gutland” qui représente les terrains sédimentaires affleurant dans le Sud du pays offre un accés relativement complet aux séries marines depuis l’Hettangien (Formation du Grès du luxembourg) jusqu’au Bajocien(Formation du Calcaire de Rumelange), ce qui représente un enregistrement sédimentaire compris entre environ -200 à -170 millions d’années. Plus particulièrement, je m’intéresse aux grandes perturbations du cycle du carbone qui ont eu lieu au cours de l’Hettangien-Sinémurien (sondage de Capellen-Haebicht) et de l’événement anoxique du Toarcien inférieur (coupe de Bascharage; Figure 1) auquel j’ai consacré ma thèse de doctorat.

Comme ces séries sédimentaires sont anciennes, elles ont fréquemment subi des modifications importantes liées à leur enfouissement qui a conduit à les exposer à des environnements diagénétiques très différents de ceux de l’eau de mer en termes de composition de fluides. Je recherche donc m’affranchir de ce biais en extrayant des signaux dits primaires (i.e., de l’eau de mer) par l’analyse spécifique des nannofossiles calcaires (Figure 2) qui sont des microalgues photosynthétiques calcifantes, ainsi qu’en mesurant la calcite des rostres de bélemnites (Figure 3). Il est également possible dans ces séries qui se sont déposées relativement proches des lignes du rivage, d’extraire et d’analyser les débris de bois (Figure 4) transportés dans le bassin. A terme, ceci permet une comparaison de l’évolution des isotopes du carbone entre le le domaine continental et marin.

D’un point de vue méthodologique, j’applique les techniques sédimentologiques (quantifications des constituants des sédiments, minéralogie des phases carbonatées et caractérisation des kérogènes) et géochimiques (isotopes stables du carbone, de l’oxygène et du strontium et rapport Sr/Ca des carbonates) afin de mettre en évidence des fluctuations dans la composition physico-chimique de l’eau de mer. Ces analyses isotopiques et élémentaires sont réalisées en collaboration avec Stephen Hesselbo et Hugh Jenkyns à l’Université d’Oxford.

Sources de financement: MNHN-L & Fonds national de la Recherche du Luxembourg.

voir aussi : http://www.earth.ox.ac.uk/staff/staffinfo.php3?name=michaelh


Figure 1 : Vue partielle de la coupe de Bascharage au niveau du site indutriel Bommelscheuer, le long de la voie de chemin de fer « Prince Henri » entre Pétange et Hollerich. On observe sur ce cliché les Schistes carton datés du Toarcien inférieur (ca. -180 Ma).


Figure 2 : Assemblage de coccolithes, piecettes polycristallines calcitiques produites par des algues photosynthétiques, les coccolithophoridés (Barre d’échelle 5 micromètres).


Figure 3 : Vue en cathodoluminescence d’un rostre de bélemnite de la coupe de Bascharage. On observe les stries de croissance (annuelles ?) du rostre et en jaune, le sédiment encaissant fortement lumisencent (Vue transversale ; barre d’échelle 50 micromètres).


Figure 4 : Débris de végétaux continentaux extraits des Grès du Luxembourg (Hettangien terminal, soit ca. -202 Ma) et purifés par attaque à l’acide nitrique concentré (Barre d’échelle 5 millimètres).